testostérone faible

Une testostérone faible chez l’homme — conséquences causes et solutions

On a tendance à croire qu’une testostérone faible chez l’homme est commune, voire normale à partir d’un certain âge. Mais une baisse d’hormone sexuelle masculine peut arriver à tout âge. Voici les symptômes qui doivent vous alerter, les conséquences de cette baisse et les moyens de faire remonter ses taux d’hormones mâles en flèche.

C’est quoi la testostérone ?

La testostérone c’est l’hormone sexuelle masculine. C’est un stéroïde fabriqué par l’organisme à partir du cholestérol présent dans le sang. On la trouve à des taux bien plus bas que chez l’homme dans l’organisme féminin. En effet, elle est également indispensable aux femmes, pour la libido, mais aussi parce que c’est à partir de la testostérone que sont synthétisés les œstrogènes, hormones sexuelles féminines.

Chez l’homme la testostérone est produite au sein des testicules et des glandes surrénales. C’est elle qui génère la production de sperme mais aussi la fabrication de la masse musculaire ainsi que la densité osseuse.

La testostérone est l’hormone qui donne aux hommes leurs caractères sexuels secondaires : poils, voix grave, force musculaire… ainsi que leurs pulsions, qu’elles soient sexuelles ou autres.

La production de testostérone peut commencer à baisser à partir de la cinquantaine, lors de l’andropause, mais cette baisse n’est pas automatique.

bander plus fort

10 APHRODISIAQUES PUISSANTS

Notre Ebook Indispensable est Maintenant Disponible Pendant Un Temps Limité GRATUITEMENT

  • Saisissez votre adresse email principale ci-dessous pour recevoir cet ebook indispensable dans 2 minutes!

Les causes d’une testostérone faible et trop basse

Quand la production naturelle de testostérone baisse chez l’homme jeune on parle d’hypogonadisme. On distingue deux sortes d’hypogonadisme : la primaire et la secondaire. La primaire est causée par un problème au niveau des organes sexuels, la secondaire trouve sa cause dans le cerveau, lorsque l’hypophyse et l’hypothalamus qui contrôlent les organes sexuels sont lésés.

Voici différentes causes médicales d’une testostérone faible chez l’homme jeune :

  • Malformation testiculaire
  • Diabète de type 2
  • Obésité
  • Utilisation abusive de stéroïdes ou d’opiacés.
  • Perte de poids trop rapide
  • Maladies chroniques des reins ou du foie
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique
  • Chirurgie du cerveau
  • Hémochromatoses (des maladies génétiques qui entrainent un excès de fer dans l’organisme ce qui peut avoir des effets sur la production de testostérone. Un personne sur 300 en France en souffre, très souvent sans le savoir.)
  • Atteintes cérébrales (par exemple cancer ou opération chirurgicale à proximité de l’hypophyse ou de l’hypothalamus)
  • Certaines maladies génétiques : syndrome de Kleinefelter, le syndrome de Kalmann, le syndrome de Willis, dystrophie myotonique de Steinert
  • Sans oublier les traitements des cancers par chimiothérapie ou radiothérapie.

Les symptômes qui doivent vous alerter

« Je n’arrive plus à rien quand je vais à la salle de sport, et je n’ai plus vraiment envie de faire l’amour ». Voilà typiquement une réflexion qui fait penser à une testostérone faible chez l’homme. Les symptômes les plus courants sont :

  • Fatigue
  • Baisse de désir sexuel
  • Dysfonction érectile
  • Éjaculation faible
  • Perte de cheveux
  • Problème de fertilité
  • Perte de masse musculaire
  • Perte de masse osseuse (fractures plus fréquentes)
  • Augmentation de la masse grasse
  • Difficultés de concentration
  • Augmentation du volume de la poitrine
  • Baisse de moral, dépression

Si vous accumulez les symptômes demandez à votre médecin vérifier votre niveau de testostérone. Une analyse sanguine vous permettra d’en avoir le cœur net. En dessous de 0,6ng/ml de testostérone libre, ou en dessous de 2,3ng/ml de testostérone totale, vous souffrez probablement d’un manque de testostérone.

Comment augmenter naturellement sa testostérone

Réfléchissez bien avant de réclamer un traitement à base de testostérone artificiel à votre médecin, et si vous ne souffrez pas d’une des affections citées ci-dessus. Commencer un traitement hormonal signifie souvent ne plus pouvoir s’en passer.

De plus, l’excès de testostérone pourrait être dangereux en cas de cancer de la prostate potentiel (notamment en cas d’antécédents familiaux). Alors pourquoi ne pas tenter d’abord ces stratégies pro testostérones 100% naturelles et accessibles à tous ?

Perdre du gras

L’embonpoint, et plus encore l’obésité sont deux causes d’une testostérone trop basse chez l’homme. C’est scientifiquement prouvé, les hommes qui ont de l’embonpoint ont statistiquement moins de testostérone libre que les hommes minces.(1)

De plus d’après une étude datée de 2001,  l’excès de graisse au niveau de l’abdomen(la bouée) a tendance à augmenter la transformation de la testostérone en hormone femelle. C’est le fameux phénomène de l’aromatase, un des pires ennemis de la virilité. (2)

L’idéal serait de rester dans une fourchette de 8-14% de masse grasse. Attention à ne pas vous assécher de façon excessive : un déficit trop important de graisses corporelles peut avoir les mêmes effets sur la production de testostérone qu’un excès de graisse.

Prendre du zinc

Cet oligo élément a des effets magiques sur la production de testostérone. Dès les années 80 une étude prouvait que la testostérone des hommes ayant un problème de fertilité était boostée par la supplémentation en zinc. (3)

En effet, le zinc inhibe l’aromatase, ce phénomène qui transforme la testostérone en œstrogènes. Il inhibe également la transformation de la testostérone libre en DHT par l’enzyme 5 alpha-réductase. La DHT trompe les récepteurs de testostérone et prive l’organisme de ses bienfaits en prenant sa place. Si vous n’aimez pas consommer de compléments alimentaires, sachez que les huitres et les fruits de mer sont des aliments particulièrement riches en zinc (respectivement 21 mg et 8mg pour 100g). Plus d’infos sur le zinc et la testostérone ici.

Prendre de la vitamine D

La vitamine D est fabriquée par notre organisme à la suite de l’exposition naturelle au soleil. Elle est indispensable à de nombreux phénomènes physiologiques, notamment à la solidité osseuse, à la bonne santé du cœur, mais aussi et on le sait moins, à la production de testostérone.

Il est prouvé que les hommes qui ont des taux de vitamine D suffisants ont des taux de testostérone significativement plus élevés que ceux qui manquent de vitamine D. (4)

Pour remédier à un éventuel manque de vitamine D, exposez régulièrement vos avant-bras au soleil à partir d’avril jusqu’à octobre.

De novembre à avril, si vous ne vivez pas sous les tropiques vous devrez sans doute prendre des compléments de vitamine D. L’agence européenne des aliments a récemment relevé le taux de vitamine D recommandé à 15µg par jour (600UI par jour). (5)

Faire de la musculation…

…mais pas trop !

On s’en doutait, mais il est scientifiquement prouvé qu’augmenter sa masse musculaire permet d’augmenter ses taux de testostérone (6).  Il est donc recommandé de soulever des poids et de faire des exercices sollicitant la force explosive 3 à 4 fois par semaine.

Attention, faire trop de musculation peut aussi faire perdre trop de gras. Hors, comme on l’a vu précédemment, en dessous de 8% de graisse corporelle la testostérone est en danger.

Manger suffisamment

Certes il est indispensable de mincir si vous souffrez d’un excès de poids responsable d’une baisse de la testostérone. Cependant vous devrez suivre un régime très équilibré en lipides, glucides et protéines.

Si vous souffrez de carences vous risquez d’altérer encore votre taux de faible testostérone, surtout en cas de carence en matières grasses et en cholestérol. N’oubliez pas que c’est à partir du cholestérol qu’est fabriquée la testostérone !

Boostez votre testostérone avec ces vitamines et minéraux

Dormir 8h par nuit

Et oui, votre maman avait raison de vous dire « ne te couche pas trop tard ! » : une étude menée sur des étudiants américains a permis de découvrir que le manque de sommeil chez les hommes jeunes pouvait être responsable d’une baisse de testostérone de 15%, et ce en à peine une semaine ! (7)

Lors de cette étude on a limité le temps de sommeil des jeunes cobayes à 5 heures par nuit. Si c’est votre temps de sommeil moyen, posez-vous des questions et essayez de vous rapprocher des 8 heures recommandées.

Faire baisser son stress pour augmenter sa testostérone

Fuir les produits chimiques

Les produits chimiques mais aussi certains revêtements de vos meubles, certaines peintures et certains produits de beauté entre autre contiennent des substances très néfastes pour la testostérone : les perturbateurs endocriniens.

Ces molécules perturbent les récepteurs hormonaux du corps humain en se faisant passer pour des hormones naturelles.

Ce sont elles qui sont responsables de nombreuses anomalies, dont le changement de sexe de certaines espèces de poisson vivant dans des fleuves proches des centres urbains, mais aussi de l’augmentation des problèmes de fertilité chez l’homme.

Regardez les étiquettes de tous les produits que vous achetez et faites la chasse aux perturbateurs endocriniens suivants :

  • Bisphénol A
  • Parabènes
  • Phtalates
  • Benzophénones
  • Triclosan et Triclocarban

Maintenant, découvrez comment augmenter votre puissance sexuelle avec ces 10 aliments aphrodisiaques.

  1. Testosterone concentrations in young pubertal and post-pubertal obese males. Clinical Endocrinology, 2013
  2. Aromatase, adiposity, aging and disease. The hypogonadal-metabolic-atherogenic-disease and aging connection. Medical Hypotheses, 2001.
  3. Effect of zinc administration on plasma testosterone, dihydrotestosterone, and sperm count. Archives of Adrology, 1981.
  4. Association of vitamin D status with serum androgen levels in men. Clinical endocrinology, 2010.
  5. Scientific Opinion on Dietary Reference Values for vitamin D. EFSA Journal, 2016.
  6. Differences between men and women as regards the effects of protein-energy malnutrition on the hypothalamic-pituitary-gonadal axis. Nutrition, 1999.
  7. Effect of 1 Week of Sleep Restriction on Testosterone Levels in Young Healthy Men. JAMA, 2011.