Est ce que faire du sport augmente la testostérone et la fertilité ?

Est ce que faire du sport augmente la testostérone et la fertilité ?

L’activité physique apporte énormément de bienfaits santé. Mais on oublie souvent qu’elle est indispensable à la virilité, à la libido, et même à la fertilité. Voici pourquoi faire du sport augmente la testostérone et la fertilité :

Pourquoi La testostérone et la fertilité sont en déclin

Le déficit de testostérone, aussi appelé hypogonadisme est directement à l’origine de la baisse de libido et de l’infertilité masculine. Mais il est également associé à un risque accru de syndrome métabolique, diabète et ostéoporose. En fait, les temps modernes ont vu l’apparition des deux plus grands ennemis de la testostérone et de la virilité :

En effet, les perturbateurs endocriniens sont des hormones de synthèse libérées dans l’environnement et qui miment la plupart du temps les hormones féminines.

On les appelle xeno-oestrogènes. Elles sont particulièrement dangereuses pour la fertilité du fœtus et des jeunes garçons. Le surpoids de son côté est directement responsable d’une baisse de la testostérone car la graisse corporelle produit un enzyme, l’aromatase, qui transforme la testostérone libre en œstrogènes.

Il faut donc lutter sur les deux tableaux pour retrouver des taux de testostérone sains :

Oui, le sport est un excellent moyen de perdre de la graisse corporelle. Mais même chez ceux qui n’ont pas d’excès de graisse, le sport peut booster la fertilité et la testostérone. Voilà pourquoi faire du sport augmente la testostérone et la fertilité ?

Le sport aide à lutter contre le stress

En effet, le stress dégrade la qualité des spermatozoïdes comme l’a démontré une étude de 2014. (1) Il semble que le stress psychologique impacte en effet la qualité, l’apparence du sperme et sa capacité à féconder un ovule .

Les responsables semblent être les hormones stéroïdes liées au stress, les glucocorticoïdes, dont la plus célèbre est le cortisol. Heureusement, le sport et l’activité physique en général, ont la capacité de réduire les taux de cortisol, aussi efficacement qu’un traitement antidépresseur classique. C’est en tous cas la conclusion d’une étude menée en Suisse la même année. (2)

Le sport booste la production de sperme

Une étude publiée dans le British Journal of Sports Medicine a mis en lumière l’action positive de l’activité sportive par rapport à la sédentarité sur la quantité de sperme et la concentration en spermatozoïdes.

On constate même 48% de production de sperme en plus chez les hommes les plus actifs ! (3) Les sports les plus efficaces pour la virilité et la fertilité sont, selon ces mêmes chercheurs la musculation et les sports de plein air. L’effet positif des sports de plein air est dû à l’association activité physique/exposition à la lumière du soleil qui favorise la production de vitamine D, une vitamine indispensable à la virilité, entre autres. Le seul sport vraiment déconseillé, pour la fertilité en particulier, est le cyclisme.

C’est la caractéristique mécanique du vélo qui impacte la production de sperme en imposant une pression pas très appréciée par les testicules.

Mais il y a des dangers au surentraînement

Mais en sport comme ailleurs, l’excès n’est jamais bon. Oui, faire du sport augmente la testostérone et la fertilité , oui le manque de sport fait baisser les taux de testostérone et de sperme. Mais l’excès de sport peut avoir exactement les mêmes effets négatifs. D’une part parce que ceux qui s’entraînent trop et trop souvent pour sécher risquent de se retrouver avec une masse grasse trop faible.

Or en dessous de 8% de graisse corporelle, le corps ne dispose plus de suffisamment de testostérone libre. Plusieurs études ont mis en avant les autres dangers de l’excès de sport pour la fertilité et la testostérone : Une étude espagnole a démontré que des cyclistes surentraînés (après 3 semaines de Tour) avaient une chute de 50% de leur taux de spermatozoïdes. (4) Une autre étude a montré qu’en cas de surentraînement on constatait une baisse significative de la testostérone et un pic d’hormone du stress, le cortisol. (5)Ces problèmes peuvent durer pendant des semaines si le surentraînement persiste.

Pour éviter le surentraînement il suffit de ne pas faire de sport intensif chaque jour. Aller soulever de la fonte 3 fois par semaine, c’est parfait. Tous les jours c’est trop. Et ça vaut aussi pour le running ou le vélo. Il faut faire des pauses pour éviter d’épuiser ses glandes endocrines, celles qui produisent notre précieuse testostérone

Références :
  1. Effects of work and life stress on semen quality. Fertility and Sterility, 2014.
  2. Effects of Exercise on Anxiety and Depression Disorders: Review of Meta- Analyses and Neurobiological Mechanisms. CNS & Neurological Disorders – Drug Targets, 2014.
  3. Physical activity and television watching in relation to semen quality in young men. British Journal of Sports Medicine, 2013.
  4. Hormone levels of world class cyclists during the Tour of Spain stage race. British Journal of Sports Medicine, 2001.
  5. Diagnosis of overtraining: what tools do we have? Sports Medicine, 2002.

 

Regardez Ces Articles :