L'impuissance est irréversible

L’impuissance est irréversible ?

L’impuissance est un problème relativement fréquent et généralement très dur à vivre pour l’homme comme pour sa partenaire. Certains se demandent même s’ils rebanderont un jour et si l’impuissance est irréversible. Pourtant dans la plupart des cas l’impuissance n’est pas irréversible.

L’impuissance c’est quoi ?

L’impuissance— qu’on appelle désormais dysfonction érectile en langage médical— c’est l’incapacité pour un homme à obtenir ou à maintenir une érection suffisante pour parvenir à la pénétration et donc pour avoir un rapport sexuel satisfaisant. Attention, il arrive à tous les hommes d’avoir des problèmes d’érection de temps en temps. C’est la persistance de la situation qui permet de parler d’impuissance.

La dysfonction érectile peut avoir une origine physiologique, c’est à dire organique, ou psychologique. L’impuissance psychologique est facile à repérer : la masturbation permet l’érection, et les érections nocturnes et matinales perdurent.

Quand l’impuissance est irréversible

Il arrive que les causes de l’impuissance ne puissent être traitées. Dans ces cas là l’impuissance est malheureusement irréversible. Les causes principales sont toujours d’origine organique :

  • Atteinte de la moelle épinière : Les dommages de la moelle épinière et des nerfs pelviens peuvent être d’origine accidentelle ou pathologique (tumeur notamment). Il arrive que la compression soit irréversible et dans ce cas l’impuissance aussi.
  • Chirurgie de la zone colo-rectale : De nombreuses interventions chirurgicales; notamment en cas de cancer de cette zone peuvent entraîner une atteinte des nerfs érecteurs du pénis. Si les nerfs sont sectionnés il n’y a plus d’érection spontanée possible.
  • Priapisme : Le priapisme est une érection prolongée, douloureuse, et involontaire due à l’incapacité par l’organisme d’évacuer le sang qui afflue dans les corps érectiles. Certaines maladies du sang (drépanocytose) mais aussi la prise de drogues, l’injection de produits dans la verge; et la prise de certains médicaments sont des éléments déclencheurs. Le priapisme est une situation qui justifie une consultation urgente (dans les 4 heures). Dans certains cas de priapisme; les corps caverneux peuvent être lésés de façon permanente et alors l’impuissance est irréversible.

Cas du cancer de la prostate :

Il existe plusieurs traitements du cancer de la prostate selon l’état d’avancement de la maladie. Certains entraînent une impuissance irréversible dans 50% des cas tandis que d’autres entraînent une dysfonction érectile temporaire (qui peut quand même durer jusqu’à deux ans).

bander plus fort

10 APHRODISIAQUES PUISSANTS

Notre Ebook Indispensable est Maintenant Disponible Pendant Un Temps Limité GRATUITEMENT

  • Saisissez votre adresse email principale ci-dessous pour recevoir cet ebook indispensable dans 2 minutes!
  • Prostatectomie radicale : cette intervention qui a lieu dans le cadre du traitement de certains cancers de la prostate peut atteindre les nerfs érectiles dans la moitié des cas. Lorsque cela arrive, l’impuissance est irréversible dans la plupart des cas malgré les traitements éventuels à base d’injections de prostaglandine dans les corps caverneux ou la prise de viagra qui n’a dans ces cas-là qu’une efficacité de 50%.
  • Radiothérapie du cancer de la prostate : 40% des hommes ayant subi des radiations pour soigner un cancer de la prostate déclarent souffrir de dysfonction érectile pendant une période plus ou moins courte.
  • Hormonothérapie : Les traitements hormonaux réduisent les taux de testostérone et peuvent entraîner une impuissance provisoire. Elle est transitoire et cesse à la fin du traitement s’il ne dure pas plus de deux ans.

 Quand l’impuissance est réversible

  • Impuissance psychologique :

Ca n’est pas forcément la plus facile à soigner contrairement à ce qu’on pourrait penser mais l’impuissance psychologique est par nature réversible. Il faut en trouver les causes et régler le problème; pourquoi pas à l’aide d’une aide psychologique quand il est impossible d’en venir à bout soi-même. Sachez aussi que l’impuissance d’origine organique peut être la cause d’une impuissance psychologique même après guérison des causes physiques de la dysfonction érectile. Pour en savoir plus sur l’impuissance psychologique et comment la soigner lisez cet article.

  • Hypertension et artériosclérose :

typiquement causées par une mauvaise hygiène de vie ces atteintes des vaisseaux (durcissement ou rétrécissement des artères) freinent la circulation du sang dans la verge et empêchent mécaniquement l’érection. L’impuissance est d’ailleurs un des signaux d’alarme qui permettent de dépister l’hypertension. Il est important de s’attaquer aux causes de l’hypertension et de l’atériosclérose; non seulement pour guérir l’impuissance mais aussi pour éviter une atteinte cardio-vasculaire potentiellement mortelle. Généralement un changement radical d’hygiène de vie est requis : arrêt du tabac, régime riche en fruits légumes et bonnes graisses, reprise d’un sport régulier.

  • Obésité :

Le surpoids entraîne souvent une production excessive d’œstrogènes et une baisse de la testostérone. L’obésité est d’ailleurs un facteur d’impuissance reconnu. La seule solution pour retrouver une vigueur sexuelle normale dans ce cas est de perdre suffisamment de poids pour retrouver un équilibre hormonal.

  • Atteintes neurologiques :

Certaines maladies qui s’attaquent aux nerfs peuvent aussi nuire à l’érection. La sclérose en plaque notamment cause généralement des problèmes de dysfonction érectile à ceux qui en souffrent; mais la stimulation manuelle et l’utilisation de viagra peuvent aider.

  • Hypothyroïdie :

Cette maladie où la glande thyroïde fonctionne en sous régime entraîne une perturbation du métabolisme des hormones sexuelles; c’est à dire une baisse du taux de testostérone. L’impuissance peut être un effet secondaire de l’hypothyroïdie. Le traitement médicamenteux de l’hypothyroïdie permet de retrouver des érections normales

  • Diabète :

Un diabétique sur trois connaît des épisodes d’impuissance avant 60 ans. Passé cet âge ils sont un sur deux à souffrir de dysfonction érectile. Le diabète est en effet un des plus gros facteurs de risque pour l’impuissance car il a des effets délétères sur les nerfs et les vaisseaux sanguins. Le sport en revanche aurait des effets très positifs sur les problèmes de dysfonction érectile des diabétiques. Les médecins de patients diabétiques n’hésitent pas à leur prescrire du viagra si leur état de santé le permet.

  • Médicaments :

De nombreux médicament ont parmi leurs effets secondaire reconnus (ou non) la survenue de dysfonction érectile. Leurs molécules pouvant interférer avec le mécanisme normal de l’érection. La liste est relativement longue et on y trouve notamment des anti-dépresseurs, des neuroleptiques, des médicaments contre le cholestérol ou contre l’hypertension, des anti-ulcères, et certains diurétiques. Pas de souci, ces effets secondaires cessent après l’arrêt du traitement. D’autres substances chimiques comme les perturbateurs endocriniens peuvent aussi être responsables de dysfonction érectile. Il faut dans ce cas cesser l’exposition.

Cas des médicaments contre la calvitie

La finastéride qui est la molécule active présente dans certains médicaments contre la calvitie est accusée de créer une impuissance sexuelle qui peut durer jusqu’à 40 semaines après l’arrêt du traitement selon une étude publiée en 2011 (1)Dans certains cas les effets néfaste de la finastéride sur l’érection auraient même été définitifs malgré l’arrêt du traitement. (2). Cependant les autorités de santé françaises affirment que ces effets secondaires sont connus et ne sont pas irréversibles. Il est tout de même préférable de réfléchir avant de se lancer dans un traitement de la calvitie par finastéride. Pesez le pour et le contre, et faites la balance bénéfice-risque entre la perte de cheveux et la perte d’érection.

  1. Persistent Sexual Side Effects of Finasteride for Male Pattern Hair Loss. The Journal of Sexual medicine, 2011.
  2. Adverse Side Effects of 5α-Reductase Inhibitors Therapy: Persistent Diminished Libido and Erectile Dysfunction and Depression in a Subset of Patients. The Journal of sexual medicine, 2011.